Ceinture de sécurité

Définition :

La ceinture de sécurité est un équipement de sécurité permettant de maintenir les passagers d'un véhicule, lors d'une décélération brutale et d'éviter qu'ils heurtent  un obstacles de l'habitacle, voire qu'ils soient projetés hors de celui-ci.

La ceinture de sécurité d'une automobille présente 3 points d'ancrage.

Son fonctionnement a évolué au cours des années pour corriger certains inconvénients.  Toutes les ceintures sont maintenant à enrouleur. L'évolution la plus récente concerne le prétensionneur (ou rétracteur) associé à la ceinture de sécurité. Ce dispositf pytotechnique se déclenche en cas  de choc. Il tend la ceinture vers l'arrière, rattrapant le "mou" de la ceinture,  plaquant le corps contre le dossier du siège. Autre perfectionnement, le limiteur d'effort, intégré dans le mécanisme d'enroulement de la ceinture permet de réduire les  traumatismes  à  l'épaule  et  au  thorax  lors  de  chocs  frontaux  violents.  La  limitation  de  l'effort  est  obtenue  par  une  libération  contrôlée  de  la  sangle

La  ceinture  est  associée  à  deux  autres  systèmes  de  sécurité   secondaire  qui  permettent   d'accroître  son  efficacité  et  de  minimiser  les  traumatismes  consécutifs  à  un  choc : l'airbag et à ne pas négliger l'appui tête qui doit être parfaitement réglé pou rêtre efficace.

Dernier dispositif, le rappel de ceinture de sécurité est destiné à rappeler à tous les occupants du véhicule de boucler leur ceinture de sécurité avant que le véhicule ne commence à bouger. Le rappel de ceinture de sécurité consiste en un signal sonore, un
témoin lumineux et un symbole au tableau de  bord qui rappellent à tous les occupants du véhicule de boucler leur ceinture de sécurité. À partir du moment où l'on met le contact, un signal sonore et un témoin lumineux sont activés.

 En France, la présence d'un pré-tendeur n'est pas obligatoire et cet équipement est proposé en option.

Le code de la route règlemente l'utilisation de la ceinture de sécurité en France dans les automobiles. L'article R 412-1 du code de la route oblige à porter la ceinture lorsque le siège en est équipé. Depuis le 1er janvier 2008, chaque passager doit occuper, seul, une place équipée d'une ceinture de sécurité. Depuis le 1er juin 2001 (art. R R412-2 code de la route), un enfant de moins de 3 ans doit être transporté dans un siège. Le décret n° 2003-637 du 9 juillet 2003 étend l'obligation du port de la ceinture de sécurité aux occupants des véhicules de transport en commun de personnes,  lorsque les sièges sont équipés d'une ceinture de sécurité.

Commentaires :

Le port de la ceinture est une mesure ancienne introduite progressivement à partir de 1970 dont l'application n'a pas été sans forte controverse. La ceinture avant à trois points est devenue un équipement obligatoire sur les véhicules neufs à compter de 1970. Son port  a été rendu obligatoire hors agglomération en 1973 pour les véhicules mis en circulation depuis 1970. En 1975, le port de la ceinture devient obligatoire la nuit en agglomération et en permanence sur les voies rapides urbaines.

En 1977, l'installation de la ceinture à l'arrière devient obligatoire pour les véhicules neufs ainsi que l'installation de ceinture à enrouleur à l'avant. En 1979, le port de la ceinture à l'avant devient
obligatoire en toute circonstance. C'est seulement en 1990 que le port de la ceinture à l'arrière devient obligatoire.  En 1994, le non-port de la ceinture est passible d'un retrait d'un point (amende de 2ème classe). Les sanctions sont aggravées en 2002 (infraction de 4 ème classe et retrait de trois points). Le port de la ceinture devient obligatoire pour les chauffeurs de poids lourds en 2003 ainsi qu'aux occupants d'autocars.

D'autres progrès ont été apportées à la ceinture de sécurité au cours des dix dernières années : ceinture avec prétensionneur, dispositif anti-sous marinage, témoin sonore.

Le  port de la ceinture reste un enjeu non négligeable. Parmi les automobilistes tués dans un accident, 300 personnes environ chaque année
ne sont pas ou mal ceinturés, soit 18 % % de la mortalité routière des automobilistes (9% de l'ensemble de la mortalité). 210 environ sont des conducteurs (70 %) et 90 étaient passagers (30%).

Chaque année, dans plus de 200 accidents mortels , il n'est pas possible de déterminer si la ceinture était portée. Rapporté au cas connu, une personne tuée sur 5 ne portent pas sa ceinture.

On note néanmoins une légère baisse de la mortalité des personnes non ceinturées qui pourrait s'expliquer par la généralisation des airbags.

Il reste environ 5% d'automobilistes réfractaires au port de la ceinture à  l'avant et seulement 80% des occupants à l'arrière sont attachés. Le non-port de la ceinture se situe dans les dix premiers rangs des infractions les plus sanctionnées (environ 230 000 infractions par
an).

 Cependant, la ceinture de sécurité ne peut être efficace à 100%. C'est pourquoi il y a encore de nombreuses victimes portant pourtant  la ceinture et disposant un airbag. Le type de collision et la vitesse de choc en sont les raisons. Ainsi, la ceinture est moins efficace en collision latérale. Elle est également moins efficace lorsque la vitesse de choc est élevée.

L'efficacité globale de la ceinture serait de l'ordre de 50 %. En première approximation, on peut avancer que si tout le monde portait la ceinture, 150 vies seraient épargnées, ce qui permettait une réduction de 4 à 5% de la mortalité.





© 2015 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode