FAQ

Sous cette rubrique apparaissent les réponses aux questions posées par les visiteurs du site.

Question le 31/08/2017 : Pouvez vous me dire s'il existe un répertoiré'´d'accidents, sur une zone précise, et comment faire pour y accéder. Je cherche ce renseignement en vue d'un recours administratif.

Réponse : Il n'est pas aisé d'avoir accès aux données accidents de la circulation, en particulier sur une zone précise. Certes, ces données sont maintenant accessibles sur Open Data  mais il faut ensuite se "fabriquer" un outil de traitement pour extraire les données dont vous avez besoin. Cet outil n'est en effet pas disponible sur le web. Je vous conseille donc d'écrire au bureau de la sécurité routière- Direction départementale des territoires - de votre préfecture pour demander que l'on vous communique les données dont vous avez besoin. 

Ces données vous seront communiquées si la demande s'inscrit dans le cadre d'une expertise sollicitée par le tribunal. Dans le cadre d'un mémoire en recours ou en défense, ce sera probablement à l'appréciation de la Préfecture car il s'avère que la communication de ces données est très variable d'un département à l'autre. Pour le moins, vous devez pouvoir avoir communication des résultats publiés par la  Préfecture. Ces résultats sont en général accessibles sur son site internet en tapant sécurité routière ou mieux observatoire de la sécurité routière.

Question le 20/02/2017 : Nous sommes en formation ECSR, auriez-vous un lien pour consulter la carte des
zone d'accumulation d'accidents corporels et mortels ?
Réponse : Il n'existe plus de cartes d'accumulation des accidents de la route au niveau nationale. Certains départements produisent ces cartes, notamment à l'occasion de la préparation de leur DGO.  C'est le cas du département du Rhône ou des Yvelines. Elles sont accessibles sur Internet. Les directions interdépartementales des routes ont probablement ce type de cartes pour les routes nationales dont ils ont la
charge. Ces cartes sont établies dans le cadre de la démarche SURE (DIR Nord-Ouest).


Question le 16 jnavier 2017 : L'Etat se plaint d'avoir des résultats qui ne se sont pas améliorés  durant ces deux dernières années (voire aggravés en 2015). ne peut-on  expliquer ce ralentissement par une diminution des contrôles des au plan vigipirate qui mobilise les forces de l'ordre dans des domaines n'ayant pas trait à la sécurité routière ? Il est évident que lorsque l'on se  sent moins contrôlés, on reprend de mauvaises habitudes de conduite et  donc ainsi ralentissant les progrès espérés.

Réponse : Vous posez une question à laquelle il est difficile de répondre par des faits mesurés : Comment expliquer que la
mortalité routière ne baisse plus depuis trois ans ? Il y a tellement de paramètres qui "jouent" sur l'accidentalité d'une année sur
l'autre : des paramètres conjoncturels tout d'abord comme l'évolution du trafic. Ce  dernier peut évoluer avec le coût du carburant et d'autres situations économiques (chômage,  croissance, ..). Les  conditions météorologiques est un autre paramètre  qui joue aussi sur le trafic mais aussi sur les comportements. Je peux  aussi citer le moral des français qui a aussi un impact sur leurs comportements au volant (la période des attentats, le contexte politique comme l'approche d'une élection, ..). Hélas, pratiquement aucune recherche n'a travaillé véritablement sur ces paramètres sauf récemment l'IRTAD qui a produit un rapport sur l'impact de l'économie sur l'accidentalité (.)

Les paramètres structurels concernent l'amélioration ou non de l'infrastructure, l'évolution du parc automobile et la politique de sécurité routière visant  l'amélioration des comportements (formation, communication, contrôle, sanction). La part de ces paramètre est aussi mal connu. Les pourcentages qui sont actuellement donnés datent des enquêtes REAGIR des années 90.
Il est probable qu'un relâchement de la politique de contrôle/sanction se traduit par une hausse de l'accidentalité mais encore une fois, il est difficile de le démontrer. C'est plus une perception que nous avons, lorsque nous  circulons, qui nous permet d'avancer cette hypothèse. La peur du gendarme est très  efficace.  Il a été effectivement constaté une baisse des contrôles  routiers en 2015 en France comme dans l'UE et probablement en 2016 (nous aurons les statistiques qu'en août) en  relation avec la mobilisation des Forces de l'Ordre dans le cadre du Plan Vigipirate. De plus en plus de conducteurs sont également équipés d'avertisseurs de  danger, donc alertant de la présence de radars automatiques. Certains  émettent aussi l'hypothèse que ces avertisseurs amoindrissent l'efficacité du contrôle automatique


Question le 07/01/2017 : Je reviens d'Amsterdam.J'ai observé comme tout le monde des centaines et des centaines de cyclistes circulant dans le trafic, j'ai été surpris de constater qu'aucun homme, femme et enfant ne portant de casque à vélo ? J'insiste bien aucun? Les Pays-Bas sont pourtant le pays du vélo. Voudraient-ils faire la démonstration que les affirmations en matière de sécurité doivent être plus finement analysés ?

Réponse : Rendre obligatoire le port du casque à vélo est un débat qui existe aux  Pays-Bas comme en France. Son institut de recherche sur la sécurité  routière, le SWOV, présente très bien les enjeux   dans une note d'information.

Il y aurait indiscutablement un bénéfice à rendre obligatoire le port du casque du point de vue de la sécurité de cyclistes. Pour autant, cette obligation se heurte à un contre-argument porté par les associations et entendu par les autorités, à savoir que cette obligation dissuadera l'usage du vélo qui a des vertus pour la santé. Elles avancent également que, plus il y a de vélos dans la circulation, plus on fait attention à eux et moins il y a de risque d'accident. Personnellement, je ne suis pas convaincu par cette assertion qui n'est pas validée par des études d'évaluation.

Le port du casque vient d'être rendu obligatoire en France pour les  enfants de moins de 12 ans. Je pense, que, dans quelques années, il sera naturel de  mettre un casque et les vélos seront équipés pour les ranger. Nous avons connu le même processus pour les motocyclettes.










Contactez-nous

© 2015 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode