Bicyclette

Définition :

Le terme « bicyclette » désigne un cycle au sens du code de la route : véhicule ayant au moins deux-roues et propulsé exclusivement par l'énergie musculaire des personnes se trouvant sur ce véhicule, notamment à l'aide de pédales ou de manivelles (article R 311-1 -
alinéa 6.10).
Vélo en est le terme familier pour bicyclette.

Le conducteur d'un cycle est un cycliste au sens du code de la route.

Commentaires :

En termes d'équipement, le Code de la route fixe des dispositions complémentaires applicables à la circulation des cycles comme le port du gilet (article R 431-1-1) hors agglomération depuis 2008, la circulation en file simple dans certaines conditions (article R 431-7), l'autorisation de circuler sur les trottoirs hors agglomération (R 431-10). Par ailleurs, un cycle doit être muni d'un dispositif sonore (R 313-33), d'être muni de deux dispositifs de freinage efficace (R 315-3).
En ce qui concerne l'éclairage,le Code impose  un ou plusieurs catadioptres arrière (article R 313-18) et latérales orange (R 313-19) et blanc devant (R 313-20).  A cela s'ajoutent un feu avant : «Tout cycle doit être muni d'un feu de position émettant vers l'avant une lumière non éblouissante, jaune ou blanche.» (article R313-4 du code de la route), un feu arrière : «Tout cycle doit être muni d'un feu de position arrière. Ce feu doit être nettement visible de l'arrière lorsque le véhicule est monté.» (article R313-5) Ces feux et signaux «ne peuvent pas être à intensité variable, sauf ceux des indicateurs de direction et du signal de détresse» (article R313-25). Pour autant, ces éclairages ne sont pas totalement satisfaisant. Certains cyclistes s'affublent de dispositifs plus ou moins dynamiques qu'ils portent ou qu'ils attachent, et ce malgré que l'article R 313-1 précise que tout véhicule ne peut être pourvu que des dispositifs d'éclairage  ou de signalisation prévus au code.C'est l'absence d'un éclairage efficace qui pose le plus de problème de sécurité. D'après l'observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), 17 % des cyclistes tués sur la route en 2012 l'ont été la nuit, «alors qu'ils sont peu nombreux à circuler».

Par ailleurs, les cycles ne vont pas l'objet d'une immatriculation. Aucune plaque d'identité n'est obligatoire comme ce fut le cas dans le passé.  « Une plaque d'identité d'un vélo a été mise en place en avril 1898. À cette époque, elle avait pour objectif de répertorier les vélos pour le paiement des taxes. Ainsi, la plaque permettait d'inventorier le nombre des vélos qui circulaient pour anticiper les prévisions d'impôts. Après 1995, la plaque d'identité d'un vélo n'était plus obligatoire, mais la plupart des cyclistes gardent encore ce moyen d'identification pour que leur vélo soit toujours reconnaissable.. »(source : https://www.cycliste.org)



En termes de règles de circulation, se reporter au terme « cycliste »


© 2015 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode