Bilan de l'accidentalité routière 2019

Bilan définitif publié le 3 juin 2020 : bilan définitif de l'accidentalité routière en 2019

L'observatoire interministériel à la sécurité routière vient de publier le bilan définitif de l'accidentalité routière 2019, les résultats provisoires
ayant été annoncés le 2 février. 3 498 personnes sont décédées en 2019 sur les routes de France, en métropole ou en outre-mer.  Pour la France métropolitaine, où il était annoncé une stabilité pour la France métropolitaine avec une baisse de -0,6%, soit 9 personnes de moins qu'en 2018. Finalement, le bilan de la mortalité s'établit à 3244 personnes décédées sur les routes de France soit 4 de moins qu'en 2018.  Dans les départements d'Outre-mer, 162 personnes ont été tuées. Dans les collectivités d'Outre-mer et la Nouvelle Calédonie, on enregistre 92 tués. On dénombre 56 016 accidents corporels de la circulation en France métropolitaine dont 70 490 blessés.

Par réseau, la mortalité sur autoroutes est en baisse de -2% par rapport à 2018. Depuis 2000, la mortalité a baissé de -55 % sur ce réseau. En agglomération, la mortalité a augmenté de + 8 % par rapport à 2018, soit 74 tués de plus par rapport à 2018. Depuis 2000, la mortalité a baissé de plus de la moitié (-54 %). Hors agglomération, la mortalité a baissé de 72 tués par rapport à 2018 (-4 %). Depuis 2000,la
mortalité a diminué de -63 % sur ce réseau. Par type d'usager, la mortalité des piétons est en une hausse en 2019 de+12 tués (+3%),
avec notamment 15 tués de plus chez les seniors âgés de 65 ans et plus. La mortalité cycliste est également en hausse de +12 tués
(+7 % par rapport à 2018). On dénombre 10 tués sur des engins de déplacement personnel motorisé. La mortalité des usagers de véhicules utilitaires est en hausse de +6 tués (+7 .La mortalité cyclomotoriste est stable. La mortalité motocycliste est en baisse de -2% à 615
tués en 2019, soit -12 tués par rapport à 2018.La mortalité automobiliste baisse en 2019 avec -1% par rapport à 2018.  Par classe d'âge,
les enfants et jeunes adultes âgés de 24 ans ou moins représentent environ un cinquième (22%) de la mortalité routière. La mortalité des jeunes de 18-24 ans est en hausse de 9% en 2019 (+46 tués, soit un total de 549 jeunes tués).La mortalité des jeunes de 15-17ans
baisse en 2019 avec 87 tués contre106 tués en 2018.La mortalité des personnes âgées de plus de 65 ans représente un peu plus d'un quart de la mortalité routière (26 %). Elle augmente de +1% en 2019,849 personnes âgées de 65 ans ou plus ont été tuées en 2019 soit +7tués). La hausse des tués concerne les piétons avec +15tués en 2019 par rapport à 2018.


Commentaires :

L'analyse du bilan définitif proposé par l'ONISR ne porte que sur la mortalité. Il faut attendre comme chaque année l'analyse globale qui est publiée en général début septembre.

A partir des données sur la mortalité, son bilan pourrait apparaître décevant au regard des prévisions de baisse de la mortalité espérée par l'introduction du 80 km/h sur les routes bidirectionnelles situées hors agglomération, instaurée en 2018. Hors, il apparait qu'hors agglomération, la mortalité a baissé de 76 tués en 2019 par rapport à 2018 (-4 % en 2019 par rapport à 2018), alors qu'en agglomération, la mortalité a augmenté de +7 % par rapport à 2018, soit 68 tués de plus en 2019 par rapport à 2018. Il y a donc bien eu un effet du 80 km/h déjà visible sur les six derniers mois de l'année 2018 et qui s'est prolongé sur les dix premiers mois de l'année 2019. Il devrait néanmoins apparaître une efficacité moindre que celle espérée, qui s'explique en partie par les conditions d'introduction de la mesure et  par la polémique qui l'a suivie

Concernant les usagers, la presse s'est fait l'écho essentiellement de la hausse de la mortalité piétonne, particulièrement en ville sans mentionner que la mortalité cycliste connait aussi une hausse, de surcroît, plus importante que celle des piétons. De surcroît, sur les dix dernières années, le vélo est le seul moyen de déplacement qui connait une hausse de sa mortalité significative de +32% alors que la mortalité des autres usagers vulnérable  piétonne baisse de de 14% pour les piétons et 26% pour les motocyclistes.

Cette augmentation est à mettre en relation avec l'augmentation de l'usage
du vélo ces dix dernières années. Pour autant,  Il apparait également un nouvel usager sur les aménagements cyclables, les EDP, qui rentre dans les statistiques en 2019 avec 10 tués auxquels il faudra ajouter 3 piétons tués par un EDP.



Bilan provisoire publié le 2 février 2020


L'observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) a publié le bilan provisoire de l'accidentalité 2019 qui s'établit ainsi : en 2019, 3 239 personnes sont décédées sur les routes de France métropolitaine, soit 9 personnes de moins qu'en 2018  soit une quasi stabilité   de -0,6 %. Il s'agit, pour autant, du niveau de mortalité annuel jamais enregistré depuis que les statistiques sur l'accidentalité ont débuté en 1956.

Ce résultat pourrait apparaître décevant au regard des prévisions de baisse de la mortalité espérée par l'introduction du 80 km/h sur les routes bidirectionnelles situées hors agglomération. Une analyse plus fine est nécessaire pour comprendre cette stabilité alors que d'après l'ONISR, sur l'année 2019, comparée à la moyenne de référence 2013-2017, 211 vies ont été épargnées sur le réseau hors agglomération hors autoroute sur 18 mois dont 74 pour l'année 2019. (rapport du CEREMA).

Il apparait que la mortalité sur autoroutes est stable en 2019 par rapport à 2018. Depuis 2010, la mortalité a augmenté de +5%.

En agglomération, la mortalité a augmenté de +7 % par rapport à 2018, soit 68 tués de plus en 2019 par rapport à 2018. Depuis 2010, la mortalité a également baissé de -9%. La hausse est essentiellement due aux jeunes de 18-24 ans (cyclistes, motocyclistes ou automobilistes). Hors agglomération, la mortalité a baissé de 76 tués en 2019 par rapport à 2018 (-4 % en 2019 par rapport à 2018). Depuis 2010, la mortalité a diminué de -25 % sur ce réseau.

Le bilan provisoire ne donne pas les évolutions par mode de déplacement pour l'agglomération et hors agglomération pour affiner l'analyse.

31 janvier

La mortalité automobiliste 2019 (1621) est en baisse avec 16 tués de moins qu'en 2018. La mortalité motocycliste (613) est en baisse avec 14 motocyclistes tués de moins. La mortalité cyclomotoriste (134) augmente de +1 tué.La mortalité cycliste (184) poursuit sa hausse avec 9 tués de plus, soit +25 % par rapport à 2010. 8 tués sur les Engins de Déplacement Personnel (EDP) motorisés sont comptabilisés en 2019. La mortalité piétonne (472) (qui inclut 3 usagers d'EDP non motorisé) est stable. 


Selon les classes d'âge,  retenons que la mortalité des jeunes de 18-24 ans est en hausse de l'ordre de +10% en 2019 par rapport à 2018 (soit 48 jeunes tués de plus), mais a nettement baissé au cours de la décennie (- 34%). La mortalité des seniors de 65 ans ou plus est en légère augmentation de l'ordre de +1% en 2019 par rapport à 2018 (soit 6 tués de plus) et  a nettement augmenté lors de la dernière décennie (+11%). Ces données sont à corriger en fonction de l'évolution de la démographie.


Le nombre d'accidents corporels (55 162) a très lègérement baissé de -1,1% ainsi que le nombre de personnes hospitalisées (69 495) de -0,6% Dans les départements d'Outre-mer, 162 personnes ont été tuées contre 144 en 2018. Dans les collectivités d'Outre-mer et la Nouvelle Calédonie, on enregistre 96 tués contre 92 en 2018.



L'ONISR publie une synthèse , une présentation ainsi que des indicateurs régionaux et départementaux

© 2015 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode