Voiture-radar

Définition :

Voiture-radar est le terme employé pour désigner un véhicule disposant d'un radar embarqué pour effectuer des contrôles de la vitesse.

Commentaires :

Les premières voitures-radar ont été mises en circulation en mars 2013. Depuis, 383 voitures ont été mises en circulation réparties sur l'ensemble du territoire. Ces véhicules sont capables de contrôler la vitesse des véhicules tout en roulant dans le flot de la circulation. Jusqu'à 2017, ces véhicules circulaient avec un équipage de deux policiers ou de deux gendarmes, l'un conduisant et  l'autre réglant la vitesse autorisée à l'endroit traversé, le système embarqué enregistrant automatiquement les dépassements de la vitesse autorisée.

L'expérimentation en 2017 a pour objectif d'optimiser l'usage des voitures-radar et de libérer du temps pour les forces de l'ordre. Jusqu'à présent, ces véhicules étaient peu utilisés (moins de deux heures par jour en moyenne). Cette expérimentation résulte de la décision du  Comité interministériel de la sécurité routière du 2 octobre 2015 dans sa mesure 2 qui demandait  d'augmenter dans les meilleurs délais l'utilisation des radars embarqués dans des véhicules banalisés, en confiant leur mise en œuvre à des prestataires agrées, sous étroit contrôle de l'Etat.

La question de fond qui se pose est de savoir si le contrôle des vitesses par des voitures banalisées est efficace à faire réduire les vitesses pratiquées et en conséquence, l'accidentalité. Aucune évaluation approfondie n'a jusqu'à présent été produite. Certes, lors des six premiers mois d'expérimentation des voitures-radars en 2013, une baisse significative de la mortalité avait été enregistrée dans les dix départements tests. Cette expérimentation avait été accompagnée d'une forte communication, notamment au niveau de la presse régionale. Ce résultat peut-il être maintenu une fois cette communication éteinte ? Rien n'est moins sûr. Après trois mois de baisse significative et une année 2013 également à la baisse, les années suivantes ont été marquée par une retour à la hausse de la mortalité.

La crainte que l'on peut avoir est que la peur du gendarme qui fonctionne efficacement et qui subsiste d'une certaine façon avec les radars fixes ou les radars leurres, visibles des conducteurs, ne fonctionne pas aussi bien avec les voitures-radar anonymes dans la circulation. Cette anonymisation entretient de surcroît, le discours des opposants aux radar  que l'Etat cherche à piéger le conducteur. Pour désamorcer cet argument infondé, une solution serait que ces véhicules soient reconnaissables dans la circulation.


© 2015 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode