REAGIR

Définition :

Le programme REAGIR (Réagir par des enquêtes sur les accidents graves et par des initiatives pour y remédier) a été lancé par une circulaire du 9 mai 1983. L'objectif du gouvernement était de réduire en cinq ans d'un tiers les risques d'accident.

Ce programme a été décidé par le CISR du 1er novembre 1982. Il  repose sur l'obligation de réaliser des enquêtes techniques comparables à celles menées à la suite d'accidents ferroviaires ou aériens sur les quelques 10 000 accidents annuels très graves de l'époque.

Plus que d'améliorer la connaissance, ce programme avait pour objectif de susciter sur l'ensemble du territoire une mobilisation des services publics concernés et une prise en charge accrue par les collectivités locales. Ce programme doit accompagner une politique locale de la sécurité routière, relais de la politique nationale.

L'enquête vise à établir les circonstances de l'accident en recherchant les facteurs, à formuler les hypothèses les plus vraisemblables de son déroulement et à proposer des mesures de prévention appropriées au niveau locale comme au niveau national.

Il s'agit de rechercher l'ensemble des facteurs qui ont pu concourir à l'accident sans privilégier spécialement ceux qui impliquent des responsabilités.

Plus de 20 000 enquêtes ont ainsi été conduites entre 1983 et 1991. il n'y avait alors aucun critère de sélection des accidents. A partir des années 90, le préfet a pu orienter le choix des accidents à enquêter selon les préoccupations locales. Au fil du temps, le programme s'est essoufflé. En 2004, les enquêtes REAGIR sont devenues les Enquête Comprendre Pour Agir dite ECPA sans pour autant que ces enquêtes connaissent un second souffle.

Les enquêtes sont menées par des personnes ayant reçues une formation spécifique de quelques jours. Ils sont désignés Inspecteurs départementaux de la sécurité routière (IDSR) par décision du Préfet de département. Ils sont choisis parmi les fonctionnaires et agents de l'Etat et des collectivités, des médecins des services d'urgence, des fonctionnaires des forces de l'ordre. Le recrutement des IDSR sera élargi en 1986 aux membres d'associations œuvrant dans le domaine de la sécurité routière.

Commentaires:

Ces enquêtes se sont fortement inspirées des méthodes d'analyse détaillée des accidents mises au point par l'INRETS. Elles ont réussi à créer une dynamique au niveau local permettant aux acteurs locaux de s'approprier le thème de la sécurité routière.

Ces enquêtes ont également permis de progresser dans l'identification des facteurs d'accident et de quantifier la part de chacun. Ce travail reste unique.

Il est dommage que ce programme se soit éteint progressivement. C'est une perte de connaissance dommageable d'autant que les facteurs d'accident ont évolué au gré des nouvelles réglementations, de la transformation de l'infrastructure,  des techniques de conception des véhicules et des progrès de la médecine.

Certes, il a été créé en 2002 le BEA-TT mais cette structure composée de quelques enquêteurs ne peut mener que quelques enquêtes par an en ciblant surtout les accidents avec de multiples victimes alors que dans plus des deux tiers de l'accident mortel, on ne déplore qu'une personne décédée.


© 2015 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode