Le baromètre de décembre 2016

 

Selon l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), 331 personnes ont perdu la vie sur les routes de France  métropolitaine en décembre 2016. Comparé au mois de décembre 2015 où l'on avait déploré 305 morts sur ces routes, 26 personnes de plus ont été tuées, soit une hausse de 8,5%. Pour l'année 2016, le nombre de personnes tuées est en hausse de  0,2 %, ce qui représente 8 personnes tuées en plus, par rapport à l'année 2015.


C'est un mauvais mois de décembre qui s'achève par une augmentation sensible de la mortalité mais aussi des autres indicateurs. Son bilan nous ramène à celui de 2011. Il est marqué par la poursuite inquiétante de la hausse de la mortalité piétonne (6 piétons tués en plus par rapport à décembre 2015). Décembre est toujours un mois où les piétons sont particulièrement exposés par la combinaison d'une période nocturne plus longue et de conditions météorologiques qui les rendent moins attentifs et moins visibles.

En revanche, la mortalité des motocyclistes est moindre du simple fait que les motocyclettes sont pour la plupart rangées pour l'hiver. Si les conditions météorologiques sont de plus très défavorables (froid, vent, pluie), ce trafic baisse encore plus et avec lui la mortalité. Ce fut probablement le cas en ce mois avec une baisse de 9 motocyclistes tuées par rapport à 2015.

Quant aux automobilistes, leur mortalité repart netttement à la hausse (+ 33 tués), ce qui impacte fortement le bilan mensuel par rapport à 2015. Cette hausse semble affecter principalement les jeunes adultes de 18 à 24 ans. Tous modes confondus, la hausse de leur mortalité est de +23 tués.
Il est trop tôt pour connaître la part de la mortalité au moment des fêtes de Noël. Il est possible également que d'un point de vue calendaire, la situation des réveillons de Noël et du jour de l'an ait eu un impact défavorable sur l'accidentalité.



© 2015 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode