Le baromètre d'octobre 2015

Le baromètre de l'accidentalité de ce mois d'octobre est particulier puisque nous avons eu à déplorer  le 23 octobre un accident d'une extrême gravité. Avec 43 personnes décédées, l'accident d'autocar de Puissegin constitue le deuxième accident mortel le plus grave jamais enregistré en France après celui de Beaune (55 personnes décédées dont 44 jeunes de 6 à 15 ans) en 1982 et devant l'accident du tunnel du Mont Blanc (39 personnes décédées). Ce dernier accident a eu la particularité de ne pas être comptabilisé dans les statistiques accidents de la France.  Il fut imputé à ceux de l'Italie.

43 personnes décédées représentent en terme statistique environ 12% de la mortalité de ce mois d'octobre où elle a augmenté de +7,2%. On pourrait en déduire que sans cet accident, la mortalité aurait pu baisser d'environ 5%. Par ailleurs, cet accident risque de peser environ 1,5% de la mortalité sur l'année 2015.

Pour autant, l'analyse de la mortalité par catégorie d'usagers laisse penser que cet accident s'inscrit dans la poursuite de la tendance à la hausse de la mortalité enregistrée depuis plus de 48 mois. Certes, la mortalité des usagers vulnérables poursuit pour le troisième mois consécutif une baisse
significative avec -30 personnes tuées par rapport à octobre 2014. Il est d'ailleurs difficile d'expliquer cette baisse d'autant qu'octobre 2015 a été très clément du point de vue des conditions météorologiques, ce qui maintient la mobilité de ces usagers  alors qu'elle est en baisse en général  l'automne.

La poursuite de la hausse de la mortalité des usagers des véhicules léger reste préoccupante : +13 personnes décédées par rapport à octobre 2015 soit 1809 personnes décédées sur les 12 derniers mois, bilan équivalent à celui d'avril 2013. Rappelons que 2013 fut une année très favorable avec une baisse de la mortalité de -10,8% dont une baisse de -14,3% de la mortalité des usagers de véhicules légers. C'est donc tout le gain obtenu cette année-là qui  vient d'être perdu.

A deux mois de la fin de l'année, le bilan de la mortalité est toujours à la hausse de +2% sur les dix derniers mois et 1,7% sur les douze derniers mois. Octobre 2015 aurait pu décider de l'issue du bilan 2015 de la mortalité. En effet, il aurait du être nettement favorable : d'abord parce que celui de 2014 avait été particulièrement mauvais et ensuite parce qu'il était possible d'espérer un effet des annonces  des mesures du  CISR du 2 octobre.

Novembre peut encore rétablir la situation en faisant aussi bien qu'en novembre 2013 en espérant toutefois que décembre soit aussi favorable que l'année dernière. A défaut, nous risquons d'enregistrer une seconde année consécutive à la hausse, ce que nous n'avions pas connu depuis plus de trois décennies.

Reste une inconnue, l'impact des attentats du 23 octobre et de l'instauration de l'Etat d'urgence sur la circulation routière et le comportement des usagers de la route. Si l'on regarde la mortalité des semaines qui ont suivi les attentats de janvier, aucun impact significatif n'a été décelé. Il en sera peut-être différemment en ce mois de novembre.


© 2015 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode