Le baromètre de novembre 2015

De nombreux paramètres interagissent d'un mois d'une année sur l'autre dans la variation de la mortalité. En ce mois de novembre, il était possible de s'interroger sur l'effet que pourraient avoir les effroyables attentats du 13 novembre sur la mortalité routière et l'état d'urgence qui a suivi.  

On sait que les fortes situations émotionnelles peuvent avoir une incidence sur les comportements globaux et ceux des conducteurs en particulier. Deux précédents ont été observés à ce sujet :   le déclenchement de la guerre du Koweit en février 1991 avec une corrélation possible entre la chute du moral des français mesuré par l'INSEE et la baisse de la mortalité ce mois-là et  entre la victoire de l'équipe de France de football en coupe du monde et une forte hausse de la mortalité enregistrée en juillet 1998 dont un pic historique le 13 juillet.

Il est possible d'émettre  deux hypothèses quant à d'éventuelles conséquences des attentats sur les comportements routiers. La première hypothèse serait une réduction de la mobilité et une réaction de protection de la population ayant pour effet une baisse de l'accidentalité. La seconde serait une augmentation du trafic liée à une désaffection des transports collectifs ainsi qu' une hausse des comportements infractionnistes liée à une moindre présence des forces de l'ordre sur les routes, ayant pour effet une hausse de la mortalité.

Les données d'accidentalité, de trafic ou d'infraction ne sont pas encore disponibles pour mener une telle analyse et porter de telles conclusions. L'exercice restera difficile à réaliser tant il existe des facteurs de confusion dans ce type d'analyse.

Pour autant, force est de constater que la mortalité de ce mois n'a connu ni une forte hausse, ni une forte baisse par rapport à novembre 2014. Elle a augmenté de 3,6% en novembre 2015 comparée à novembre 2014. Nous sommes dans la marge d'erreur de cette estimation. Nous aurions pu espérer néanmoins une baisse pour trois raisons : un effet calendaire légèrement favorable avec un samedi de moins que novembre 2014, un effet météorologique aussi légèrement favorable car un temps plus sec.

Par ailleurs, le résultat des deux derniers mois peut être jugé décevant si l'on considère qu'il survient après le CISR du 2 octobre et l'annonce d'une cinquantaine de mesures. La hausse de la mortalité sur les 11 premiers mois de l'année est de +2,1%. Nous nous acheminons hélas sur une seconde hausse consécutive de la mortalité (comprise entre +1 et +3%), ce qui ne s'était pas produit depuis 1980. Même un résultat favorable de décembre 2015 par rapport à décembre 2014  ne pourra  hélas combler le retard accumulé.

La tendance à la hausse amorcée en janvier 2013 se poursuit nous ramenant à la mortalité de mai 2013. Si l'évolution de la mortalité des usagers vulnérables est légèrement favorable, particulièrement pour les piétons qui pourraient enregistrée une baisse de la mortalité en 2015 de -15%, l'évolution de la mortalité des usagers des véhicules légers est toujours aussi inquiétante avec une hausse probable en 2015 de +10%.


© 2015 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode