Le barometre de juin 2015

L’évolution de la mortalité sur nos routes reste préoccupante. Certes, on peut se réjouir de la baisse enregistrée en juin 2015 de – 5,4% par rapport à juin 2014 mais ce résultat basé sur la comparaison d’un mois d’une année par rapport au mois de l’année précédente n’est en aucun cas un prédicteur de l’évolution en cours.

Plusieurs biais faussent ces comparaisons mensuelles. Le premier est calendaire. Ainsi, Juin 2014 est un mois avec cinq dimanche contre quatre cette année. Le dimanche (en moyenne 10 personnes tuées) est remplacé par un mardi (en moyenne sept personnes tuées) soit probablement trois personnes tuées en moins.

Juin 2015 n’a pas non plus connu de ponts qui parfois peuvent aggraver un bilan mensuel. Cela dit, le week-end de la pentecôte 2014 fut conforme à un week-end de printemps et n’a pas pesé défavorablement sur le bilan de juin 2014. Ce fut la semaine 21 du début de l’été et de la fête de la musique qui l’a particulièrement plombé. Cette semaine fut une des plus meurtrières de l’année sans qu’il soit encore  possible d’en trouver une explication, peut-être à trouver du côté des conditions météorologiques. Si la chaleur était au rendez-vous en 2015 comme en 2014,  2014 a été plus arrosé avec de forts épisodes orageux dans la deuxième partie du mois, plutôt défavorables du point de vue de l’accidentalité.

En conclusion, si on tient compte de l’effet calendaire (qui peut intervenir à hauteur de + ou – 3% dans le bilan de l’évolution mensuelle) et de l’effet de la météo (qui, elle, peut intervenir beaucoup plus fortement  à hauteur de + ou – 10%), il semble que ces effets n’ont joué que très légèrement en faveur de la baisse enregistrée.

Il ne s’agit que d’hypothèse qui n’aide pas véritablement à évaluer si la tendance de la mortalité est à la hausse ou à la baisse. Le seul indicateur qui permet de se faire une opinion sur cette tendance  est le nombre de personnes tuées sur les 12 derniers mois. Il permet de s’affranchir des effets calendaires et d’avoir un effet des conditions météorologiques qui se lissent plus ou moins sur douze mois.

La courbe mois par mois de cet indicateur est totalement stable depuis juin 2015 après avoir connu une tendance à la hausse tout le premier semestre 2014. Cette tendance à la hausse n’a donc pas été annulée au cours du premier semestre 2015. Le mois de juin 2015 confirme donc une certaine stabilité de la mortalité et non une baisse comme le laisse croire une analyse d’un mois d’une année sur le mois de l’année précédente.

Il y a par contre des indices qui rendent cette stabilité inquiétante. Cet indice est la tendance à la hausse de cet indicateur appliqué uniquement aux véhicules légers. Cet indicateur est en hausse continuelle depuis janvier 2014. Avec 1720 personnes tuées sur les douze derniers mois (50,6% de la mortalité), il revient à sa valeur de mai 2013.

Le trimestre qui s’annonce avait été marquée en 2015 par une tendance à la baisse qui ne s’est pas confirmée par la suite. Cette tendance trouvait notablement son explication par des conditions météorologiques particulières, notamment en juillet très pluvieux et très frais.

Qu’en sera-t-il de cet été qui s’annonce plutôt sous le signe du grand soleil et parfois de la canicule.

© 2015 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode